De art à Z

Visites guidées et conférences

Retour aux articles

Deux princesses pour le prix d'une! (21-01-19)

266 | 0

Ayant appris, avec grande satisfaction, que l'actrice Carrie Fisher figurerait bien au générique de l'épisode IX de "Star Wars" (sortie normalement prévue le 19 décembre 2019...Diantre! Que de 9!), j'ai décidé de lui rendre hommage en publiant aujourd'hui cette image et en parlant un peu Street Art avec vous.
Je vous emmène cette fois dans le 6e arrondissement. "Invader" (blaze de l'artiste de rue Franck Slama) y a poursuivi son "Invasion" en plaçant une mosaïque où l'on reconnait immédiatement l'iconique Leia Organa! Mais où peut-on admirer l'héroïne pixelisée à la coiffure inimitable, me demanderez-vous? Dans la rue Princesse justement! Un choix des plus judicieux!

D'ailleurs, vous constaterez que tout le gratin du Street Art se bouscule à l'entrée de cette artère.
Sur ma photographie, vous pouvez noter, au-dessus de la réalisation d'Invader, la présence d'un poulpe vert goguenard. C'est une création du parisien "Gzup". Depuis 2011, il a déjà répandu plus de deux cents pieuvres dans la capitale, dont l'esthétique est inspirée du jeu vidéo "Wonderboy" (clin d’œil à tous les geeks!) ou des dessins animés des Eighties. Quant à son nom de scène, il est inspiré d'une chanson du rappeur estampillé West Coast, Snoop Doggy Dogg, intitulée "Gz up, Hoes Down"...La bienséance m'interdit ici de traduire le titre aux non-anglophones...Vous chercherez par vous-même la traduction...
Plus discret, on remarque à gauche de la princesse, un petit cœur anarchiste: l'artiste de rue "A2" est donc passé par là! Né à Paris dans les années 70, A2 (pour "Anarchie Amour et Ananarchie Puissance 2") aime disséminer ses créations en bois peint un peu partout. Elles représentent des icônes libertaires et anti-autoritaires, agrémentées de slogans et de cœurs anarchistes de différentes tailles et couleurs...
Enfin, presque invisible, un minuscule diamant bleu a été collé sous la Princesse, près d'une gouttière. Ça, c'est la marque du "Diamantaire": un ancien étudiant normand en métallerie puis chaudronnerie, qui a vite pris goût au façonnage manuel et s'est initié à des techniques et calculs qui ont préfiguré son travail à venir sur le miroir. Il puise la matière première de son travail presque exclusivement dans des objets de récupération: il adore récolter des miroirs trouvés dans la rue qu'il taille, peint, pour les détourner de leur utilisation et les rendre à la ville...A l'heure où le discours écologique devient urgence et le recyclage une priorité, j'aime particulièrement sa démarche!
Les diamants sont, parait-il, éternels (c'est ce qu'affirme en tout cas l'espion au service de sa Majesté, autre grande figure du 7e Art)...tout comme le souvenir que laissera Princesse Leia dans le cinéma populaire! Bien vu le Diamantaire!

Retour aux articles